Kia Sportage 2023 – Tout ce que vous devez savoir

Kia Sportage 2023 – Tout ce que vous devez savoir

Essais routiers

Publié par fdiamond le 11 mars 2022

Nos amis d’AutoPassion ont fait l’essai routier du tout nouveau Kia Sportage 2023. Voici ce qu’ils en ont pensé!

Je dois débuter cet article en me confessant – il y a eu une certaine époque où je snobais un peu Kia. Leurs véhicules n’étaient tout simplement pas au niveau de la concurrence japonaise. Leur réputation en matière de fiabilité était source de moqueries au sein de la communauté automobile, sans parler du design de leurs produits souvent fade, parfois même risible. Une simple recherche Google sur la Kia Amanti vous remémorera cette époque pas si lointaine où plusieurs regardaient ce manufacturier de haut.

Mais, environ une décennie plus tard, en 2017, un évènement important est survenu. Un moment où plusieurs, moi inclus, se sont gratté la tête en se demandant si c’était normal d’être fébrile, voir excité par l’arrivée d’une nouvelle Kia. Bien sûr, ce moment était le dévoilement de la Stinger, et depuis, rendons à César ce qui est à César, Kia a progressé de façon spectaculaire. La marque trône maintenant au sommet du classement de fiabilité de J.D. Power et chaque nouveau modèle épate, autant au niveau de la qualité d’assemblage que du design. Si la Stinger a été le premier clou planté dans le cercueil de ma condescendance face à Kia, conduire l’EV6 aura été le dernier. Quelle machine!

Et vous savez quoi? Ce n’est même pas la Kia qui m’a le plus épaté cette année. À lui seul, le Sportage 2023 s’est chargé d’enterrer le cercueil de ma condescendance, semer et même arroser un peu par-dessus! Plus près d’un Mercedes GLC que de l’ancienne génération qu’il remplace, le nouveau Sportage m’a laissé dans l’incrédulité. Comment Kia a fait pour évoluer aussi vite?

30 ans de progrès

Le Sportage est vendu en Amérique du Nord depuis 1993 et à l’époque, il représentait bien ce que Kia était, c’est-à-dire rien de vraiment très bon… Il faut dire par contre que le manufacturier sud-coréen partait de loin. Pour vous faire la petite histoire, dans les années 80, Kia produisait principalement des camions légers. En 1987, une alliance fut créée entre Kia et un géant de l’automobile, ce qui fit passer sa production de voitures de 26 unités à 95 000 unités en l’espace d’une année. Et ce géant-là n’était pas Hyundai, mais bien Ford, qui avait aussi une alliance avec Mazda. Le Sportage de première génération était donc le fruit d’une entente où Kia a pu utiliser des éléments mécaniques du Mazda Bongo pour en faire un petit VUS au look plutôt distinctif – surtout en version décapotable, et en échange, Ford bénéficiait des installations sud-coréennes de Kia pour assembler leur Festiva à très faible coût.

Mais, la partie la plus intéressante de ce ménage à trois entre Ford, Kia et Mazda a eu lieu en 1999. Cette année-là, Kia était en faillite. Une crise économique secouait le Sud-est asiatique et le futur de la marque était en péril. Malgré la tempête qui faisait rage dans l’économie sud-coréenne, Hyundai a fait l’immense pari de lancer une bouée de sauvetage à Kia. En surpassant l’offre que Ford avait mise sur la table, Hyundai a réussi à prendre procession de son principal concurrent de l’époque, pour en faire la marque cousine, pour ne pas dire la marque sœur que nous connaissons aujourd’hui. Le Sportage a donc non seulement survécu aux jours les plus sombres de Kia, mais c’est aussi le seul modèle qui porte le même nom depuis les tout débuts de la marque sur notre continent, ce qui à mes yeux, en fait le meilleur représentant de tout le progrès que Kia a fait en 30 ans.

Sportage 2023 - À essence, hybride et PHEV

Débutons par le progrès qui risque de vous plaire le plus, surtout avec l’essence qui frôle les 2$ le litre, c’est-à-dire celui qu’on retrouve sous le capot du nouveau VUS Kia. Alors la première chose à savoir ici, c’est que le Sportage 2023 a droit à un nouveau moteur, un 4 cylindres de 2,5 litres développant une puissance de 187 chevaux, transmis via une boîte automatique à 8 rapports aux quatre roues pour toutes les versions, à l’exception du LX de base deux roues motrices. L’avantage de ce moulin-là par rapport à l’ancien 2,4 litres, c’est qu’il améliore la consommation d’essence d’environ 8% selon Kia, ce qui permet d’obtenir des cotes de consommation de seulement 7,4L à 8,5L/100 km selon le type de rouage. Notez toutefois qu’en parcourant quelques centaines de kilomètres, presque toujours en mode sport et en poussant la machine lors de notre essai routier, notre consommation n’était que de 8,4L/100. Les chiffres de Kia nous semblent donc très conservateurs.

Mais ça, c’est pour les versions à essence. Car la deuxième chose à savoir ici, c’est que le nouveau Sportage est basé sur la plateforme N3 (comme le Sorento, le Tucson, le Santa Fe, etc.), et l’avantage de cette plateforme est qu’elle peut accueillir une motorisation hybride et hybride rechargeable. Ça veut donc dire que probablement d’ici la fin de l’été, vous pourrez mettre la main sur le Sportage hybride ou le Sportage PHEV.

Pour ce qui est de leurs spécifications, notez premièrement que les deux sont munis d’un 4 cylindre de 1,6 litre, jumelé à une boîte automatique à 6 rapports. Dans le cas de l’hybride, ce moteur travaille de pair avec un moulin électrique de 44,2 kW alimenté par une petite batterie de 1,49kWh et développe une puissance combinée de 226 chevaux. Pour le PHEV, on parle plutôt d’un moulin de 66,9kW alimenté par une batterie de 13,8 kWh qui non seulement fait passer la puissance à 261 chevaux, mais permet aussi de parcourir plus de 50 kilomètres d'autonomie électrique. Petit conseil ici, si ces modèles vous intéressent, commandez-les d’avance. Avec les prix astronomiques de l’essence et la pénurie de microprocesseurs, la demande risque de dépassé largement l’offre, surtout dans le cas du PHEV qui je vous le rappelle, a droit à 5000$ de subventions gouvernementales.

Un look qui ne passe pas inaperçu

Pour ce qui est du design extérieur maintenant, comme je disais en introduction, le Sportage de première génération avait un look assez distinctif, pour le meilleur et pour le pire… Mais, il faut dire aussi qu’au fil des générations suivantes, les éléments de design distinctifs ont toujours un peu fait partie de la marque de commerce du Sportage. Je me souviens lorsque l’ancienne génération avait été dévoilée, sa partie avant avait fait couler beaucoup d’encre, et aujourd’hui, c’est la même histoire! On retrouve des phares à DEL en forme de boomerang qui délimitent les blocs optiques de la fameuse grille « museau tigre ». C’est assez flyé! En photo ou en vidéo, disons que c’est polarisant, mais comme c’est souvent le cas, lorsque les gens le voient en personne, ils finissent par aimer cette allure complètement unique!

Sur les côtés, le nouveau Sportage a non seulement un pouce et demi de plus de garde au sol par rapport à l’ancien, mais surtout, est 7,1 pouces plus long. Cela en fait donc le plus long VUS de sa catégorie, à l’exception du Tiguan qui je vous le rappel, est aussi livrable en format sept passagers, et ici avant que vous vous posiez la question, mentionnons que le Sportage pour sa part est offert uniquement en format cinq passagers. Sinon, les autres éléments intéressants sous cet angle sont les jantes de 19 pouces sur notre version X-Line limited à l’essai, et surtout, son toit légèrement plongeant, juste assez pour lui donner un look dynamique, mais qui ne sacrifie pas pour autant l’espace de dégagement pour la tête, ce qui est très bien pensé.

À l’arrière, tout d’abord l’essuie-glace est caché sous l’aileron, ce que l’on aime. Les feux à DEL sont unis par une petite ligne noire, et ce qui est particulièrement bien réussi, c’est la section en fini noir laqué qui suit la forme des feux et qui agence bien aussi le bas du hayon au pare-chocs. Pour ce qui est de la capacité de remorquage du Sportage 2023, on parle de 2500 lb, ce qui est tout de même 500 livres de plus que le Sportage 2021-2022, mais le vrai grand changement côté pratique est le volume du coffre qui est 28% plus généreux par rapport à l’ancienne génération et qui s’élève à 2095 litres avec les sièges rabattus, ce qui est vraiment énorme dans le segment.

Un habitacle spectaculaire

Lorsqu’on l’observe de l’extérieur, admettons que ça fait du bien de voir quelque chose de plus osé dans le segment, surtout pour ceux qui ont constamment le nez plongé dans l’automobile comme nous, mais comme toujours, le design demeure une question de goûts. Par contre, là où pratiquement tout le monde s’entend pour dire que le Sportage 2023 a vraiment le dessus sur ses concurrents japonais, c’est au niveau de son l’habitacle spectaculaire!

En prenant place à bord, la première chose qui saute aux yeux est évidemment la planche d’instrumentation que l’on surnomme skatebord ici puisqu’elle est légèrement courbée de façon à ce que les deux écrans de 12,3 pouces entourent le conducteur. Certes, le principe des deux écrans est le même que celui des Sorento, K5 et même EV6, mais il n’en demeure pas moins qu’encore une fois, les concepteurs Kia ont monté leur jeu d’un cran au niveau de la qualité de l’écran et de la présentation très unie de cette surface.

Pour ce qui est de l’infographie, elle ressemble à celles de certains autres modèles de la marque, ce qui est loin d’être un reproche puisque c’est de toute beauté! Derrière le volant, on a droit à différentes présentations selon le mode de conduite et pour ce qui est de l’écran multimédia, comme toujours, elle offre une tonne de fonctionnalités, mais ce qui est assez particulier ici, c’est qu’il est possible de connecter deux téléphones en même temps. Passer d’une liste de lecture entre votre téléphone et celui de votre passager devient ainsi un jeu d’enfant, ce qui, encore une fois, est juste bien pensé!

Mais ce qui est encore mieux pensé à mes yeux, ce sont les contrôles de la console centrale. On y retrouve premièrement plusieurs boutons tactiles pour la radio et deux roulettes physiques pour le volume et les postes. Mais ce qui est magique, c’est qu’en appuyant sur un bouton, la console passe de la radio à la climatisation. La roulette du volume devient donc le contrôle de température côté conducteur, même principe pour le côté passager avec la roulette des postes, et au centre on retrouve le reste.

À l’arrière, puisque le Sportage 2023 est beaucoup plus long, on se retrouve avec plus de 41 pouces d’espace de dégagement pour les jambes, ce qui est très spacieux. C’est également très luxueux aussi! Évidemment, notre modèle à l’essai était le plus équipé du catalogue, mais pour un Sportage, le niveau de luxe est vraiment impressionnant! Au point qu’en étant assis à l’arrière et en ayant une vue d’ensemble de l’habitacle, on a réellement l’impression que cette cinquième génération de Sportage est plus près d’un Mercedes GLC que de l’ancienne génération tellement la finition et les matériaux sont de qualité.

Le Sportage 2023 est devenu la nouvelle norme dans le segment

Après avoir vécu pendant quelques jours avec le nouveau Sportage 2023, je dois avouer qu’appart peut-être pour ceux qui ne le trouvent pas beau, j’ai de la difficulté à voir comment quelqu’un opterait pour autre chose dans le segment des VUS compacts. Avec une fourchette de prix entre plus ou moins 30 000$ et 43 000$, difficile de trouver un meilleur rapport qualité prix, sans parler des versions hybrides qui s’en viennent. Alors en attendant que les Japonais montent leur jeu d’un cran eux aussi, surtout au niveau de leurs habitacles, force est d’admettre que le Sportage 2023 est devenu la nouvelle norme dans le segment. Kia risque donc d’avoir sérieusement le vent dans les voiles au cours des prochaines années, à condition évidemment qu’ils réussissent à produire assez pour répondre à l’immense demande que l’on observe actuellement!

Spécifications générales du Sportage 2023

  • 4 cyl. 2,5 litres de 187 chevaux et 178 lb-pi.
  • Boîte automatique à 8 rapports
  • Traction intégrale de série (excepté LX FWD)
  • Capacité de remorquage: 2500 lb
  • Consommation : 8,4L/100km (combinée)
  • Prix : 30 410$ – 43 010$

Concurrents : Toyota Rav4, Subaru Forester, Mitsubishi Outlander, Nissan Rogue, Chevrolet Equinox, Ford Escape, GMC Terrain, Hyundai Tucson, Jeep Cherokee, Mazda CX-5

Davantage de essais routiers

Essais routiers

Elle est enfin disponible au Québec : La Kia Optima 2011

1 avril 2011
Essais routiers

Kia K5 2021 – Électrochoc dans le segment des berlines

16 février 2021
Essais routiers

Kia Sorento 2021 – On l’a mis à l’essai

2 février 2021
Essais routiers

Kia Carnival 2022 – On l’a mise à l’essai!

8 juin 2021
Essais routiers

Kia Seltos 2021 – Essai sur route et hors route

19 février 2021